Des Mots...

(Source © Hachette Multimédia / Hachette Livre, 2001 / Internet)


Péchés capitaux (les sept)

(dans la religion chrétienne, les sept péchés [avarice, colère, envie, gourmandise, luxure, orgueil, paresse] considérés comme les plus graves et comme la source des autres péchés).

- Avarice : n. f. Amour excessif de l’argent pour lui-même.

- Colère : n. f. Réaction violente et agressive due à un profond mécontentement ; accès d’humeur. Être, se mettre en colère. Être blanc, rouge de colère. Il est dans une colère noire. ­ Fam. Piquer une colère. Fig., poét. La colère des éléments.

- Envie : n. f. Sentiment de frustration, d’irritation jalouse que suscite la possession par autrui d’un bien, d’un avantage dont on est soi-même dépourvu. Succès qui déchaîne l’envie.

- Gourmandise : n. f. Caractère, défaut d’une personne gourmande.

- Luxure : n. f. Litt. Pratique immodérée des plaisirs sexuels.

- Orgueil : n. m. Opinion trop avantageuse de soi-même, de son importance.

- Paresse : n. f. Tendance à éviter toute activité, à refuser tout effort.


Qualités, défauts et autres...

- Adoration : n. f. 1. Culte rendu à une divinité. ­ THEOL Glorification de la souveraineté de Dieu par le culte de latrie.
2. Passion, attachement extrême. L’adoration d’une mère pour ses enfants. Il est en adoration devant elle.

- Affabilité : n. f. Qualité d’une personne affable. Syn. aménité, courtoisie.

- Affabulation : n. f. 1. Trame d’une œuvre de fiction.
2. Mensonge, travestissement de la vérité.

- Affectation : n. f. 1. Imitation, faux-semblant. Affectation de vertu.
2. Manque de naturel, de simplicité. Il parle avec affectation. Syn. afféterie.

- Affection : n. f. Sentiment d’attachement pour les êtres que l’on aime. Affection paternelle. Syn. inclination, tendresse. Ant. antipathie, aversion, haine.

- Afféterie : [afetRi] ou affèterie n. f. Litt. Recherche prétentieuse, affectation dans le comportement, le style.

- Allégresse : [al(l)egR&s] n. f. Joie très vive qui se manifeste avec vivacité. Cris d’allégresse.

- Altruisme : n. m. Propension à aimer et à aider son prochain.

- Amertume : n. f. 1. Goût amer. L’amertume de la gentiane.
2. Fig. Aigreur, mélancolie due à un sentiment de mécontentement, de déception. Il remarqua avec amertume qu’on ne l’avait pas remercié.

- Amitié : n. f. 1. Affection mutuelle liant deux personnes. Une solide amitié les unit. Amitié particulière : relation de caractère homosexuel.
2. Témoignage d’affection bienveillante. Faites-nous l’amitié d’accepter ce présent. Je lui transmettrai vos amitiés. Ant. antipathie, inimitié.

- Amour : n. m. I. 1. Sentiment d’affection passionnée, attirance affective et sexuelle d’un être humain pour un autre du sexe opposé (du même sexe, en cas d’homosexualité). Elle lui a inspiré un grand amour. Aimer d’amour. Filer le parfait amour : s’aimer dans une entente parfaite. ­ Faire l’amour (avec qqn), avoir des rapports sexuels.
n. f. pl. Litt. De folles amours. Syn. passion, tendresse, attachement.
2. La personne aimée. Mon amour. ­ Vous êtes un amour : vous êtes très aimable, charmant(e).
3. Représentation allégorique du dieu Amour. Des amours joliment sculptés. Amour-en-cage : Syn. de alkékenge.
II. Vif sentiment d’affection que ressentent les uns pour les autres les membres d’une même famille. Amour maternel, filial, fraternel.
III. 1. Sentiment de profond attachement (à un idéal moral, philosophique, religieux) impliquant don de soi et renoncement à l’intérêt individuel au profit d’une valeur ressentie comme supérieure. L’amour du prochain, de la patrie. Amour de Dieu : piété, ferveur. ­ Pour l’amour de Dieu : formule de supplication.
2. Goût, enthousiasme pour une chose, une activité. L’amour de la musique. ­ Faire un travail avec amour, avec grand plaisir et en y mettant tout son soin. Ant. aversion, dégoût.

- Apathie : n. f. Insensibilité, caractère d’une personne indifférente à l’émotion ou aux désirs. On ne peut le tirer de son apathie. Syn. indolence, inertie, mollesse.

- Arrogance : n. f. Orgueil, morgue ; manières hautaines et méprisantes. Parler avec arrogance. Ant. affabilité, humilité, modestie.

- Avidité : n. f. 1. Désir immodéré, cupidité.
2. CHIM Caractère d’un produit avide.

- Béatitude : n. f. 1. État de plénitude heureuse, de grand bonheur.
2. Bonheur parfait de l’élu au ciel.
3. Les Béatitudes : les huit sentences du Christ, commençant par le mot beati («bienheureux»), qui ouvrent le Sermon sur la Montagne et détaillent les voies d’accès au royaume des cieux.

- Bonheur : n. m. 1. Événement heureux, hasard favorable, chance. Cet héritage, c’est un bonheur inespéré. ­ Porter bonheur : favoriser, faire réussir. ­ Au petit bonheur : au hasard. ­ Par bonheur : heureusement. Par bonheur, il est arrivé à temps.
2. État de bien-être, de félicité. «Le bonheur n’est pas le fruit de la paix; le bonheur, c’est la paix même» (Alain). Au comble du bonheur. Faire le bonheur de quelqu’un, le rendre heureux.
3. Par ext. Ce qui rend heureux. J’ai eu le bonheur de vous rencontrer (formule de politesse). Prov. Le malheur des uns fait le bonheur des autres.

- Bonté : n. f. (En parlant de personnes.) Qualité qui pousse à faire le bien, à être bon envers autrui. Recourir à la bonté de quelqu’un.

- Câlin, ine : adj. et n. 1. adj. Qui aime à câliner, à être câliné. Un enfant câlin. ­ Subst. Elle fait la câline.
2. adj. Doux, caressant. Un regard très câlin. Parler sur un ton câlin.
3. n. m. Gestes tendres, caresses affectueuses. Viens faire un câlin avec maman.

- Caresse : n. f. 1. Attouchement tendre, affectueux ou sensuel. Faire des caresses à un chat. Couvrir, combler un enfant de caresses. Une tendre caresse de la main.
2. Fig. Manifestation tendre d’amour, d’affection. Une caresse du regard, de la voix.
3. Fig. Effleurement. La caresse du vent, du soleil sur la peau.

- Charme : n. m. 1. Enchantement magique. Rompre un charme. Syn. Envoûtement, maléfice, sortilège. Fig. Rompre le charme : couper court à qqch qui semble magique. Loc. fig. Se porter comme un charme : jouir d’une santé parfaite.
2. Effet d’attirance, de séduction, produit sur qqn par une personne ou une chose. Le charme de la musique. Chanteur de charme. Faire du charme à qqn, essayer de le séduire.
3. Vieilli ou iron. Plur. Les charmes d’une femme : sa beauté, ses formes.

- Complaisance : n. f. 1. Disposition à se conformer aux goûts, à acquiescer aux désirs d’autrui. Il a eu la complaisance de me prévenir.
2. Péjor. Acte peu probe, comportement à caractère servile, adopté dans le seul but de plaire. Ses complaisances répétées lui ont permis de faire carrière. ­ Attestation, certificat de complaisance, délivré à qqn pour lui permettre d’obtenir certains avantages, et contenant des déclarations inexactes. ­ Pavillon de complaisance.
3. Péjor. Sentiment de satisfaction dans lequel on se complaît par facilité, par vanité. Raconter sa vie, vanter ses exploits avec complaisance. Se juger avec complaisance.

- Confiance : n. f. 1. Espérance ferme en une personne, une chose. Avoir confiance en qqn, en l’avenir. Homme de confiance, en qui l’on peut avoir confiance, dont on est sûr.
2. Assurance, hardiesse. Avoir confiance en soi. Il est plein de confiance.

- Convoitise : n. f. Désir immodéré de possession. Des bijoux qui provoquent la convoitise.

- Courage : n. m. 1. Fermeté d’âme permettant de supporter ou d’affronter bravement le danger, la souffrance. Combattre avec courage. Syn. bravoure, cran (fam.). Ant. couardise, lâcheté, poltronnerie, pusillanimité (litt.).
2. Ardeur, zèle, énergie dans une entreprise. Loc. fig., fam. Prendre son courage à deux mains : concentrer son énergie, sa volonté pour s’imposer un effort.

- Courtoisie : n. f. Politesse, civilité. Traiter qqn avec courtoisie. Merci de votre courtoisie.

- Crânerie : n. f. 1. Vieilli Courage devant le danger.
2. Fam. Affectation de bravoure.

- Cupidité : n. f. Désir immodéré de s’enrichir, amour du gain. Syn. avidité, convoitise.

- Décence : n. f. Respect de la pudeur, de la correction, de la modestie. Montrer de la décence dans sa tenue. ­ Ayez au moins la décence de vous taire.

- Déférence : n. f. Politesse respectueuse, considération. Témoigner de la déférence à une personne âgée.

- Délicatesse : n. f. Qualité de ce qui est délicat. 1. Finesse, subtilité. La délicatesse d’une teinte.
2. Précision, adresse dans un travail, dans un geste. La délicatesse d’un coup de pinceau. Prendre qqch avec délicatesse, doucement, avec précaution.
3. Qualité de ce qui est délicat, fragile. La délicatesse d’un tissu.
4. Qualité de ce qui doit être abordé, traité avec circonspection, prudence. Étant donné la délicatesse de cette affaire...
5. Disposition à sentir, penser, juger avec subtilité. Délicatesse des sentiments.
6. Probité, rigueur morale. Un procédé qui manque de délicatesse. Tact, finesse. Il a montré beaucoup de délicatesse à son égard. ­ Être en délicatesse avec quelqu’un: être en désaccord avec lui, lui être hostile.

- Désir : n. m. 1. «Tendance qui a pris conscience d’elle-même» (Spinoza) ; tendance particulière à vouloir obtenir qqch pour satisfaire un besoin, une envie. Formuler un désir. Modérer ses désirs. Désir de (+ inf.). Le désir de plaire. Désir de (+ subst.). Le désir d’enfant.
2. Attirance sexuelle. Brûler de désir.

- Dignité : n. f. 1. Respect que mérite qqch ou qqn. La dignité de sa conduite. ­ Dignité de la personne humaine : valeur particulière que représente l’humanité de l’homme et qui mérite le respect.
2. Respect de soi-même. Il manque de dignité. Avoir sa dignité, sa fierté. Allure grave et fière qui évoque ce respect de soi. Des manières empreintes de dignité.

- Droiture : n. f. 1. État d’un esprit droit, honnête. La droiture du jugement.
2. État d’une personne droite, sincère. Un caractère plein de droiture.

- Duplicité : n. f. Caractère d’une personne qui ne se montre pas sous son vrai jour, qui est hypocrite.

- Dynamisme : n. m. Puissance d’action, activité entraînante. Mener une entreprise avec dynamisme.

- Égoïsme : n. m. Amour exclusif de soi ; disposition à rechercher exclusivement son plaisir et son intérêt personnels. «L’égoïsme est un poison de l’amitié» (Balzac). Ant. altruisme, générosité.

- Empathie : n. f. Didac. Identification affective à une personne ou à une chose. La reconstitution de faits lointains demande souvent à l’historien de procéder par empathie.

- Emphase : n. f. 1. Péjor. Exagération prétentieuse dans le ton, le geste, l’expression, le style. Parler avec emphase. Une solennité pleine d’emphase. Syn. enflure, grandiloquence. Ant. naturel, simplicité.
2. LING Forme d’expression qui consiste à marquer d’une insistance particulière l’un des éléments de la phrase (ex.: Nous, nous voulons bien).

- Envie : n. f. 1. Sentiment de frustration, d’irritation jalouse que suscite la possession par autrui d’un bien, d’un avantage dont on est soi-même dépourvu. Succès qui déchaîne l’envie.
2. Désir. Avoir envie de voyager. Faire envie à: être l’objet du désir de (qqn). Ce bijou me fait envie.
3. Besoin organique. Envie de dormir, de boire.
4. Cour. Tache congénitale sur la peau. Syn. nævus.
5. Cour. Pellicule qui se détache de l’épiderme autour de l’ongle.

- Équanimité : [ekwanimite] n. f. Litt. Égalité d’humeur, sérénité.

- Équité : n. f. Justice naturelle fondée sur la reconnaissance des droits de chacun ; vertu qui consiste à régler sa conduite sur elle. Juger avec équité et non selon les règles du droit positif. Caractère de ce qui est équitable.

- Estime : n. f. 1. Vx Évaluation. Mod. À l’estime : au jugé. ­ Navigation à l’estime, prenant en compte, pour déterminer la position d’un navire ou d’un avion, l’heure, la route suivie et la vitesse.
2. Opinion favorable, cas que l’on fait de qqn ou de qqch. Digne d’estime. Tenir qqn en grande estime. Syn. considération, respect. Loc. Succès d’estime : se dit d’une œuvre bien accueillie par la critique, dont la qualité est reconnue, mais qui n’a pas les faveurs du public.

- Fatuité : n. f. Caractère, manière de se conduire du fat. Syn. infatuation, prétention, suffisance, vanité. Ant. modestie, simplicité.

- Félicité : n. f. 1. Litt. Bonheur suprême. Être au comble de la félicité. Syn. béatitude.
2. (Plur.) Litt. Choses qui contribuent au bonheur. Les félicités de ce monde sont éphémères.

- Fidélité : n. f. 1. Qualité d’une personne fidèle à ses engagements. Douter de la fidélité de qqn.
2. Attachement constant (à qqn, qqch). Fidélité d’un ami. Fidélité conjugale. ­ Fidélité à ses idées.
3. Respect de la vérité. Fidélité d’un narrateur. ­ Par ext. Fidélité d’un récit.

- Fierté : n. f. 1. Caractère d’une personne fière. Souffrir dans sa fierté.
2. Tirer fierté de qqch, en tirer une satisfaction teintée d’orgueil.

- Franchise : n. f. Qualité d’une personne qui parle ou agit ouvertement, sincèrement.

- Frustration : n. f. 1. Action de frustrer.
2. PSYCHAN Situation d’un sujet qui est dans l’impossibilité de satisfaire une pulsion. (Le lien entre la frustration et l’agressivité a été souvent souligné.)

- Galanterie : n. f. 1. Délicatesse, prévenance envers les femmes. Empressement dicté par la volonté de séduire.
2. Vieilli Parole flatteuse, compliment adressé à une femme. Dire des galanteries.

- Gentillesse : n. f. 1. Qualité d’une personne gentille, obligeante.
2. Action, parole gentille. Faire, dire des gentillesses.

- Gratitude : n. f. Reconnaissance pour une aide, un service rendu. Témoigner sa gratitude.

- Harmonie : n. f. I. 1. Vx, litt. Ensemble de sons sonnant agréablement à l’oreille.
2. En parlant du langage et du style, concours heureux de sons, de mots, de rythmes, etc. L’harmonie des vers de Racine.
3. MUS Science de la formation et de l’enchaînement des accords. Lois de l’harmonie.
4. MUS Orchestre composé d’instruments à vent (bois ou cuivre), à anche et à embouchure. L’harmonie municipale donne un concert.
II. 1. Effet produit par un ensemble dont on juge que les parties s’accordent, s’équilibrent bien entre elles. Harmonie du corps humain. Harmonie de couleurs.
2. Concordance, correspondance entre différentes choses. Harmonie de points de vue. Vivre en harmonie avec ses principes. Syn. conformité.
3. Bonnes relations entre des personnes. Syn. entente. voir article documentaire.

- Heureux, euse : adj. (et n.) I. 1. Favorisé par le sort. Être heureux au jeu. Estimez-vous heureux d’être encore en vie!
2. Opportun, favorable, propice. Un heureux hasard. Qui réussit, qui trouve une issue favorable. Une heureuse décision. ­ Loc. Avoir la main heureuse : avoir de la chance dans les choix que l’on fait, réussir ce que l’on entreprend. Qui laisse prévoir une issue favorable. Heureux présage.
3. Impers. Il est heureux pour lui que... : c’est une chance pour lui que... ­ Ellipt. Encore heureux qu’il ne soit pas blessé!
II. Ingénieux, justement choisi. Une heureuse combinaison de couleurs.
III. 1. Qui jouit du bonheur. Rendre qqn heureux. ­ Être heureux comme un roi, très heureux. ­ «... deux amants jusqu’alors heureux et légers » (R. Vailland). Heureux de, que. «Elle s’attendrissait sur elle-même, heureuse de devenir une sorte d’héroïne de livre...» (Maupassant). Subst. Faire un heureux.
2. Qui marque, exprime le bonheur. Air, visage heureux.
3. Rempli de bonheur. Une existence heureuse. Qui apporte le bonheur. Souhaiter une heureuse année à qqn.

- Homme : n. m. 1. Être humain. L’homme, le plus évolué des êtres vivants, appartient à la classe des mammifères, à l’ordre des primates, à la famille des hominidés et à l’espèce «Homo sapiens».
2. Être humain de sexe masculin. Les caractéristiques qui différencient l’homme de la femme. Un homme âgé. (En tant que dépositaire des valeurs traditionnellement considérées comme spécifiquement masculines.) Être, se montrer un homme, énergique, courageux. Pop. (Avec le possessif.) Amant, mari.
C’est mon homme.
3. Être humain de sexe masculin et adulte. Ce n’est plus un enfant, c’est un jeune homme. Un homme bien bâti, musclé, malingre. Un bel homme. ­ Loc. Homme à femmes, qui a des succès féminins.
4. Homme de, suivi d’un nom, pour indiquer l’état, la profession, les qualités, les défauts d’un individu. Homme de lettres : écrivain. Homme d’État: celui qui dirige ou a dirigé un État. Homme de loi : magistrat, avocat. Homme d’affaires, qui s’occupe d’entreprises commerciales. Homme de mer : marin. Homme de troupe : militaire qui n’est ni officier ni sous-officier. Homme de cœur, généreux. Homme de confiance, à qui l’on confie des missions délicates. Homme de parole, qui respecte ses engagements. Homme d’intérieur, qui aime rester chez lui. Homme de peu, digne de mépris. Homme de paille : prête-nom. Homme de main. HIST Homme lige : vassal.
5. Loc. Être (un) homme à (+ inf.), capable de ou digne de. Il est homme à se venger. C’est un homme à encourager. ­ D’homme à homme : directement, franchement. Je voudrais vous parler d’homme à homme. ­ Comme un seul homme : tous ensemble, en accord parfait.

- Honnêteté : n. f. Qualité de celui, de ce qui est honnête. Son honnêteté est indiscutable. Honnêteté intellectuelle.

- Honneur : n. m. 1. Disposition morale incitant à agir de manière à obtenir l’estime des autres en conservant le respect de soi-même. Un homme d’honneur.
2. Considération dont jouit qqn qui agit selon ce principe. Sauver l’honneur. Donner sa parole d’honneur, jurer sur l’honneur. Se faire un point d’honneur de (+ inf.) : apporter tous ses soins à (faire qqch) comme si son honneur était en jeu.
3. Gloire retirée d’une action, d’un mérite remarquable. Avoir tout l’honneur d’une affaire. Être l’honneur de sa famille, de son siècle, être pour eux un sujet d’orgueil. ­ Être à l’honneur : être mis au premier plan en signe de respect, d’admiration, d’estime. Être en honneur (choses) : être apprécié. -> Champ d’honneur : champ de bataille.

- Humain, aine : adj. et n. m. I. adj. 1. De l’homme, relatif à l’homme. Corps humain. Esprit humain. Nature humaine. ­ (Par oppos. à animal, végétal, etc.) Race, espèce humaine. Le genre humain: l’ensemble des hommes. ­ (Par oppos. à divin.) Justice humaine. Les voies humaines.
Propre à l’homme, à sa nature. L’erreur est humaine.
2. Qui concerne l’homme, s’applique à l’homme. Sciences humaines. Géographie humaine.
3. Qui a tous les caractères de l’homme, avec ses forces et ses faiblesses. Personnage profondément humain.
4. Bon, généreux, compatissant à l’égard d’autrui. Se montrer humain.
II. n. m. 1. Homme, personne humaine. Détester les humains.
2. Ce qui appartient en propre à l’homme. Cela dépasse l’humain.

- Humanité : n. f. I. 1. Nature humaine. La faible humanité. Humanité et divinité du Christ.
2. Genre humain. Rendre service à l’humanité.
3. Altruisme, bienveillance à l’égard des autres. Traiter qqn avec humanité.
4. Sentiment profond de la grandeur et de la misère de l’homme. Les œuvres d’Eschyle sont pleines d’humanité.
II. n. f. pl. Vieilli Études classiques supérieures jusqu’à la philosophie. Faire ses humanités.

- Humilité : n. f. 1. Sentiment de notre petitesse, de notre faiblesse, qui nous pousse à ravaler toute espèce de hauteur ou d’orgueil. Manquer d’humilité. Syn. modestie. Abaissement volontaire. L’humilité chrétienne.
2. Soumission, déférence. Parler avec humilité. Ant. hauteur, arrogance.
3. Litt. Caractère de ce qui est humble, modeste, sans éclat. L’humilité de sa condition sociale.

- Hypocrisie : n. f. 1. Attitude qui consiste à affecter une vertu, un sentiment noble qu’on n’a pas.
2. Caractère de ce qui est hypocrite. L’hypocrisie de Tartuffe.
3. Acte hypocrite. J’en ai assez de vos hypocrisies.

- Ignominie : n. f. 1. Grand déshonneur, infamie. Être couvert d’ignominie. Syn. opprobre.
2. Caractère de ce qui est déshonorant. L’ignominie d’une accusation.
3. Procédé, action infamants. Souffrir de grandes ignominies.

- Impertinent, ente : adj. et n. Qui manque de respect, de politesse. Enfant impertinent. Réponse impertinente. Syn. irrévérencieux, insolent. ­ Subst. Quel impertinent!

- Indignité : n. f. 1. Caractère d’une personne indigne. Il a été exclu pour cause d’indignité.
2. Caractère de ce qui est indigne.
3. Action indigne, odieuse. Commettre des indignités.
4. HIST Indignité nationale: peine comportant la privation de tous les droits civiques et politiques, et d’une partie des droits civils, qui fut infligée à certains Français coupables de collaboration avec l’ennemi pendant l’occupation allemande de 1940-1944.

- Infamie : n. f. 1. Vx ou DR ROM Flétrissure publique de l’honneur.
2. Vx Caractère d’une personne infâme. L’infamie d’un voleur.
3. Action, parole infâme, vile.

- Infidélité : n. f. Manque de fidélité. Action manifestant le manque de fidélité, et notam. le manque de fidélité en amour. Faire des infidélités à qqn.

- Ingrat, ate : adj. et n. 1. Qui n’a pas de reconnaissance pour les bienfaits reçus. Fils ingrat. Subst. Obliger des ingrats.
2. Qui ne dédommage pas des peines qu’on se donne. Sol ingrat. Travail ingrat.
3. Qui manque de charme, de grâce. Visage ingrat. L’âge ingrat: la puberté.

- Ingratitude : n. f. 1. Caractère d’une personne ingrate ; manque de reconnaissance.
2. Vieilli Action ingrate. Commettre des ingratitudes.
3. Vieilli Caractère de ce qui est ingrat. L’ingratitude d’un sol, d’un travail.

- Intégrité : n. f. 1. État d’une chose à laquelle il ne manque rien. Conserver l’intégrité du territoire.
2. Probité irréprochable.

- Jalousie : n. f. I. 1. Sentiment de dépit mêlé d’envie, dû à ce qu’un autre obtient ou possède ce que l’on aurait voulu obtenir ou posséder. Quiconque réussit suscite la jalousie des médiocres.
2. Disposition ombrageuse de celui qui voue un amour possessif et exclusif à quelqu’un et vit dans l’inquiétude et le soupçon permanents de son infidélité. La jalousie d’Othello.

- Libidineux, euse : adj. Porté à la luxure.

- Longanimité : n. f. Litt. 1. Patience avec laquelle on endure les offenses que l’on pourrait punir.
2. Patience dans le malheur.

- Loyauté : n. f. Droiture, probité, honnêteté. Reconnaître ses erreurs avec loyauté.

- Lubricité : n. f. Fait d’être salace, penchant à la luxure.

- Maniérisme : n. m. 1. Manque de naturel, affectation, en littérature, en art.
2. BX-A Style artistique qui fait la transition entre la Renaissance et le baroque. voir article documentaire.

- Marivaudage : n. m. 1. LITTER Affectation, préciosité du style (à la manière de Marivaux).
2. Galanterie raffinée, affectation dans l’expression des sentiments amoureux.

- Mensonge : n. m. 1. Assertion contraire à la vérité faite dans le dessein de tromper. Mensonge officieux, pieux mensonge, dits pour rendre service ou pour ne pas faire de peine. Pratique, habitude du mensonge. Vivre dans le mensonge.
2. Erreur, illusion. Tous les songes sont mensonges.

- Mesquin, ine : adj. 1. (Choses) Qui manque de grandeur, de noblesse, de générosité. Procédés mesquins.
2. (Personnes) Qui est attaché à ce qui est petit, médiocre. ­ Par ext. Esprit mesquin.
3. Qui témoigne d’une parcimonie excessive. Somme mesquine.

- Mesquinerie : n. f. 1. Caractère d’une chose ou d’une personne mesquine. La mesquinerie de ces accusations. ­ Agir avec mesquinerie. Avarice, parcimonie excessive.
2. Action mesquine. Il est capable de mesquineries sordides.

- Mignardise : n. f. 1. Litt. Délicatesse mignonne. Mignardise d’un visage.
2. Délicatesse, gentillesse affectée. Des mignardises : des manières mignardes.
3. Mignardise ou, en appos., œillet mignardise : petit œillet très parfumé.

- Mijaurée : n. f. Fille, femme aux manières prétentieuses, affectées. Faire la mijaurée.

- Modestie : n. f. 1. Absence de vanité, d’orgueil.
2. Réserve, pudeur.
3. Caractère de ce qui est modeste ; simplicité, absence de faste.

- Mythomanie : n. f. Tendance pathologique à dire des mensonges, à fabuler, à simuler.

- Naïveté : n. f. 1. Ingénuité. Il a gardé une naïveté d’enfant.
2. Péjor. Simplicité niaise. Il a fait preuve d’une bien grande naïveté à l’égard de ses débiteurs.
3. Propos, geste naïf qui échappe par ignorance ou par gaucherie.

- Narcissisme : n. m. Cour. Admiration plus ou moins exclusive de sa propre personne.

- Orgueil : n. m. 1. Opinion trop avantageuse de soi-même, de son importance.
2. (En bonne part.) Sentiment légitime de sa valeur, de sa dignité.

- Paresseux, euse : adj. et n. 1. Qui aime à éviter le travail, l’effort. Être paresseux comme un loir, comme une couleuvre. Subst. Un paresseux, une paresseuse.
2. Qui dénote une certaine paresse. Gestes paresseux. -> MED Dont l’activité est anormalement faible, lente. Intestin paresseux.
3. n. m. ZOOL Mammifère xénarthre aux mouvements très lents (genre Cholœpus, comprenant les unaus, et genre Bradypus, comprenant les aïs).

- Passion : n. f. 1. (Le plus souvent au plur.) Mouvement violent de l’âme résultant d’un désir intense, d’un penchant irrésistible. Être esclave de ses passions.
2. Affection très vive, presque irrésistible qu’on éprouve pour une chose. La passion du jeu. ­ Objet de cette affection. Sa passion, c’est la musique.
3. Amour ardent ; affection si intense qu’elle peut paraître déraisonnable. Aimer qqn avec passion.

- Patience : [pasjs] n. f. et interj. I. n. f. 1. Vertu qui permet de supporter ce qui est irritant ou pénible. La patience d’un grand malade.
2. Persévérance dans une longue tâche. Ouvrage de patience.
3. Calme, sang-froid dans l’attente. S’armer de patience.
4. Jeu de patience : puzzle.
5. Syn. de réussite (sens 2).
II. interj. (Pour inciter qqn à garder son calme.) Patience! ce sera bientôt fini. (Marquant une intention menaçante.) Patience! je lui revaudrai ce mauvais tour.

- Pédant, ante : n. et adj. 1. Vx Maître d’école.
2. Mod. Personne qui affecte d’être savante, qui fait étalage de ses connaissances avec vanité. adj. Un ton pédant.

- Philosophe : n. et adj. I. n. 1. Personne qui étudie la philosophie, qui s’efforce de découvrir les principes des sciences, de la morale, de la vie en général, et qui tente d’organiser ses connaissances en un système cohérent.
2. Cour. Personne qui fait preuve d’égalité d’âme, qui supporte tout avec sérénité. Il a pris en philosophe ce revers de fortune.
II. adj. Sage, tolérant, serein. Savoir être philosophe.

- Plénitude : n. f. Litt. État de ce qui est complet; totalité, intégrité. Conserver la plénitude de ses moyens.
Richesse, ampleur. Plénitude d’un son.

- Pragmatique : adj. (et n. f.) I. 1. Qui considère la valeur pratique, concrète des choses, réaliste. Il est très pragmatique. Susceptible de recevoir une application pratique, adapté à la réalité. Des idées pragmatiques.
2. PHILO Relatif au pragmatisme.
II. HIST Pragmatique sanction : édit promulgué par un souverain pour statuer de manière définitive sur une question fondamentale. n. f. La pragmatique de Charles III d’Espagne.

- Pragmatisme : n. m. PHILO 1. Doctrine qui considère l’utilité pratique d’une idée comme le critère de sa vérité.
2. Doctrine selon laquelle l’idée d’un objet n’est autre que la somme des idées de tous les effets imaginables, pouvant avoir un intérêt pratique, que nous attribuons à cet objet.
3. Attitude d’une personne pragmatique.

- Préciosité : n. f. 1. HIST et LITTER Ensemble des caractères propres au mouvement précieux du XVIIe s., à l’esprit, aux manières qu’il inspirait.
2. Recherche ou affectation dans le langage, les manières.

- Présomptueux, euse : adj. et n. Qui a de lui-même une opinion trop avantageuse, qui se surestime; prétentieux, suffisant. Subst. C’est un petit présomptueux.

- Prétentieux, euse : adj. et n. Qui a une trop haute opinion de soi-même; présomptueux, vaniteux. Un parvenu prétentieux. ­ Subst. Quel prétentieux celui-là! Plein de prétention; qui dénote la prétention. Allure, ton prétentieux.

- Prévenance : n. f. Fait de prévenir les désirs de qqn. Il est plein de prévenances pour sa famille. Syn. attention, délicatesse.

- Probité : n. f. Droiture, intégrité, honnêteté scrupuleuse.

- Pruderie : n. f. Affectation de vertu, de pudeur.

- Pudibonderie : n. f. Pudeur excessive; affectation de pudeur.

- Rancœur : n. f. Amertume tenace due à une injustice, une déception, etc.

- Reconnaissance : n. f. I. 1. Action de reconnaître qqn, qqch ; fait de se reconnaître mutuellement.
2. Aveu, confession. La reconnaissance de ses erreurs.
3. Fait d’admettre pour tel ou de reconnaître la légitimité de. La reconnaissance d’un gouvernement. -> DR Reconnaissance d’un enfant, fait de le reconnaître officiellement pour sien. Acte écrit par lequel on reconnaît une obligation. Signer une reconnaissance de dette.
4. Action de reconnaître (sens I, 5) un lieu. -> MILIT Opération par laquelle on cherche à déterminer la nature d’un terrain, la position, le nombre des ennemis, etc. Envoyer des avions en reconnaissance.
II. Sentiment qui porte à témoigner qu’on se souvient d’un bienfait reçu. Syn. gratitude.

- Respect : n. m. 1. Considération que l’on a pour qqn et que l’on manifeste par une attitude déférente envers lui. Manquer de respect à qqn. Loc. Sauf votre respect, se dit quand on veut exprimer qqch qui pourrait choquer.
2. Souci de ne pas porter atteinte à qqch. Le respect des lois, de la vie.
3. Respect humain : crainte du jugement d’autrui.

- Salace : adj. Qui recherche, d’une manière excessive ou déplaisante, les rapprochements sexuels. Syn. lubrique. Par ext. Plaisanteries salaces, grivoises, licencieuses.

- Sens (Bon) :

- Sensibilité : n. f. 1. Caractère d’un être sensible physiquement. Sensibilité à la douleur. Spécial. PHYSIOL Ensemble des fonctions sensorielles.
2. Caractère d’une personne sensible, au point de vue affectif, esthétique, moral.

- Sentiment : n. m. Tendance affective relativement durable, liée à des émotions, des représentations, des sensations ; état qui en résulte. Absol. Ensemble des phénomènes affectifs. ­ Fam. Faire du sentiment : manifester une sentimentalité hors de propos. Tu ne m’auras pas au sentiment, par des démonstrations sentimentales.

- Sentimental, ale : aux adj. et n. 1. Relatif à la vie affective, et spécial. à l’amour. L’attachement sentimental à son pays. La vie sentimentale de qqn.
2. Qui est empreint d’une tendance à l’émotion facile, un peu mièvre. Une chanson sentimentale.
3. Se dit d’une personne dont la sensibilité est romanesque, vive et souvent un peu naïve. ­ Subst. Un(e) sentimental(e).

- Sérénité : n. f. 1. État serein (d’une personne, de son apparence, etc.). Caractère d’un jugement serein, impartial.
2. Litt. État du temps (d’un ciel, etc.) serein.

- Simplicité : n. f. 1. Caractère d’une chose simple, facile à comprendre, à exécuter. Caractère d’une chose dépourvue d’éléments superflus. La simplicité de sa tenue.
2. Qualité d’une personne simple, sans affectation.

- Sincérité : n. f. Qualité d’une personne ou d’une chose sincère.

- Ténacité : n. f. 1. Caractère de ce qui est tenace. Résistance à la rupture (d’un métal).
2. Fig. Caractère d’une personne tenace.

- Tendresse : n. f. 1. Caractère, attitude, sentiments d’une personne tendre. Aimer avec tendresse.
2. (Plur.) Actes, paroles tendres. Dire mille tendresses à qqn.

- Tentation : n. f. 1. RELIG Ce qui pousse au mal, à ce qui est contraire à une loi morale, religieuse; attirance pour le mal. La tentation de la chair. Loc. En tentation. Induire en tentation.
2. Fait d’être attiré par, d’avoir envie de, de désirer (une chose, une action), ressenti comme une mise à l’épreuve de soi. ­ Action ou chose suscitant un tel sentiment. Céder à la tentation d’acheter qqch. Résister à de nombreuses tentations.

- Turpitude : n. f. Litt. 1. Conduite honteuse, ignominieuse.
2. Une (des) turpitude(s) : une action, une parole honteuse. Syn. infamie.

- Vanité : n. f. 1. Litt. État, caractère de ce qui est vain, frivole, futile. La vanité des plaisirs terrestres. Chose vaine, futile. Les vanités du monde. -> BX-A Peinture, image, en vogue au XVIIe s., illustrant l’aspect vain et frivole du monde terrestre, et la mortalité de l’homme.
2. Caractère, défaut d’une personne vaine, qui a trop bonne opinion d’elle-même; manifestation de ce défaut, du désir de produire un certain effet sur son entourage. Flatter la vanité de qqn. Syn. fatuité. Tirer vanité de qqch, s’en glorifier, s’en enorgueillir.

- Véracité : n. f. Litt. 1. Qualité de ce qui est attaché à la vérité. La véracité d’une étude historique.
2. Caractère de ce qui est dépourvu de mensonge ou d’erreur. Je m’assurerai de la véracité de ce récit.

- Vérité : n. f. 1. Qualité de ce qui est conforme à la réalité ; conformité de l’idée à son objet (par oppos. à erreur). Le but de la philosophie est la recherche de la vérité.
2. Toute proposition vraie, dont l’énoncé exprime la conformité d’une idée avec son objet. Les vérités mathématiques. Loc. fam. Dire à qqn ses (quatre) vérités, lui dire sans ambages ce que l’on pense de lui, de ses défauts. -> INFORM Table de vérité : V. table.
3. Conformité d’un récit, d’une relation avec un fait (par oppos. à mensonge). Altérer, trahir la vérité : mentir.
4. Ressemblance. Portrait d’une grande vérité.
5. Sincérité, bonne foi. Il y a dans son récit un air de vérité. Loc. adv. En vérité : assurément, certainement. ­ À la vérité : pour être tout à fait sincère ; en fait.

- Vie : n. f. 1. Ensemble des phénomènes assurant l’évolution de tous les organismes animaux et végétaux depuis la naissance jusqu’à la mort. La vie est apparue sur la Terre il y a environ quatre milliards d’années.
2. Existence humaine. Être en vie. Donner la vie. Perdre la vie. Sauver la vie de qqn.
3. Cours de l’existence, événements qui le remplissent; conduite, mœurs. Mener une vie tranquille, mener joyeuse vie. Vivre sa vie: vivre à sa guise. ­ Loc. fam. Mener une vie de patachon, de bâton de chaise, une vie dissolue, déréglée. Par méton. Biographie. Il a écrit une vie de Beethoven.
4. Durée de l’existence, temps qui s’écoule de la naissance à la mort. Sa vie a été trop courte. L’espérance de vie : la durée de vie statistiquement probable. ­ Par ext. Vie et mort d’une civilisation.
5. Coût de la subsistance, de l’entretien. La vie est de plus en plus chère.
6. Vitalité, entrain. Un enfant plein de vie. Loc. fig. Donner de la vie : animer. Ces touches de couleur donnent de la vie au tableau.
7. Animation, activité. Quartier où règne une intense vie nocturne.
8. Religion. L’autre vie, la vie éternelle : ce qui suit la mort; le paradis, l’enfer, le purgatoire. La parole de vie : l’Évangile.
9. Loc. adv. À vie, pour la vie : pour toujours. ­ De ma vie, de la vie : jamais (en tournure négative). Il n’a voyagé de sa vie. ­ Loc. fam. Jamais de la vie : en aucune façon.

- Vitalité : n. f. Cour. Intensité de l’énergie vitale ; ardeur, dynamisme, vigueur. Vitalité d’une plante. Enfant plein de vitalité.


Homonymes, homophones et autres...

- Mots - Maux.

- Maltraité - Mal traité.

- Envie - En vie.

- Enfermement - Enfer me ment.

- Verre - Vers - Vert.

- Mai - Mais - Mes - Mets.

- Dans - D'en - Dent.

- Quoique - Quoi que.

- Plutôt - Plus tôt.

- Parce que - Par ce que.

- Ci - Scie - Si.

- Antre - Entre.

- Son - Sont.

- Feus - Feux.

- Différend - Différent.

- La - Là.

- Ce - Se.

- Ces - Sait - Ses.

- Ou - Où.

- Cens - Cent - Sang - Sans - Sens - Sent - S'en.

- Quelle - Qu'elle.

- Quand - Quant - Qu'en.

- Chas - Chat - Shah.

- Ceint - Sain - Saint - Sein - Seing.

- Saut - Sceau - Seau - Sot.

- Maire - Mer - Mère.

- Pair - Paire - Père - Pers.

- Porc - Port.

- Cerf-volant - Cerveau lent.

- Prémices - Prémisses.

- Exaucer - Exhausser.

- Martyr - Martyre.

- Foi - Foie - Fois.

- Satire - Satyre - Ça tire.

- Peu - Peut.

- Apprendre - À prendre.

- Ancre - Encre.

- Tante - Tente.

- Mal - Mâle.

- Malaxer - Mal axer.

- Messie - Mais si - Mes scies.

- Mou - Moue.

- Au - Eau - Ho - Oh - Os.

- Mil - Mille.

- Mon - Mont.

- Comte - Compte - Conte.

- Néant - Né en (1946) - Nez en (l'air).

- Nom - Non.

- Oui - Ouïe.

- Ovaire - Au vert.

- Pal - Pale - Pâle.

- Paie - Paix.

- Pain - Peint.

- Pate - Patte.

- Pâté - Pâtée.

- Pause - Pose.

- Peau - Pot.

- Radeau - Rat d'eau.

- Rai - Raie.

- Ré - Rez(-de-chaussée).

- Hors - Or.

- Par - Pare - Part.

- Ton - Thon.

- Vamp - Van - Vent.

- Veau - Vos.

- Air - Aire - Ère - Erre.

- Consacré - Con sacré.

- Sème - S'aime.

- Lame - L'âme.

- Tan - Tant - Taon - Temps - Tend - Tends.

- Être - Hêtre.

- Box - Boxe.

- Raine - Reine - Renne.

- Concentré - Con centré.

- Condescendant - Con descendant.

- Apprentissage - Apprenti sage.

- Jugement - Juge ment.

- Haute - Hôte - Hotte - Ôte.

- Bon - Bond.

- Lundi - L'un dit.

- Jeudi - Je dis.

- Samedi - Ça me dit.

- Saule - Sol - Sole.

- Car - Carre - Quart.

- Rond - Rompt.

- Tic - Tique.

- Dam - Dame.

- Dom - Don - Dont.

- Rauque - Roc - Rock - Roque.

- Label - Labelle - La belle.

- Maladie - Mal a dit.

- Celle - Sel - Selle.

- Amande - Amende.

- Clair - Clerc.

- Faire - Fer.

- Age - Âge.

- Accord - Accore - Accort - Acore - À corps.

- Coq - Coque.

- Aine - Aisne - Haine.

- Convaincu - Con vaincu.

- Concasseur - Con casseur.

- Voie - Voit - Voix.

- Taire - Terre.

- Cantique - Quantique.

- Quanta - Quant à.

- Claie - Clé - Clef.

- Celle - Scelle - Sel - Selle.

- Cet - Cette - Sept - Set.

- Fond - Fonds - Font - Fonts.

- Tumeur - Tu meurs.


Mis à jour le : 24 mai 2017